« Accepte ce que tu es », dialogue avec mon corps cassé.

 

 

« Accepte ce que tu es. »

 

Mais qu’est-ce que je suis ?

 

Je suis une femme. Encore jeune.
Je suis l’enfant, la sœur, la cousine, la nièce, la copine, l’amie, l’amour et plus encore.
Je suis grande, je suis brune.
J’ai les yeux bleus, parfois verts. À moins que ce ne soit le contraire.
Je suis quelqu’un de bien. La plupart du temps.
Je fais des erreurs. Ça arrive.
J’ai un grand nombre de qualités… bourrés de défauts.
J’ai une intelligence moyenne, une culture moyenne et c’est bien : je ne complexe pas comme je n’ai pas à prendre la grosse tête.
Je suis douée dans certains domaines. Très mauvaises dans d’autres.
J’en connais un rayon sur ce qui m’intéresse, parfois sur ce qui m’a été imposé.
Je suis ignorante de ce que je n’apprécie pas, ou bien de ce que je ne vois pas.
J’écoute de la musique, de styles différents. Certains les aiment, d’autres non.
Je regarde films et séries, de genres différents. Certains les aiment, d’autres non.
J’aime prendre soin de moi, mais je préfère prendre soin de ceux que j’aime.
Je suis altruiste, souvent. Égoïste parfois.
Je suis pacifique. Sauf quand je suis de mauvaise humeur.
Ah oui, je suis française aussi, et ça n’est pas si mal. Mais de ce fait je râle.
Je réponds à beaucoup de clichés, je suis ordinaire.
Je me démarque sur pleins de petits détails, je suis extra-ordinaire.
Comme tout le monde en fait.
Et puis je ne suis pas têtue. Je suis déterminée.

 

Alors, que veux-tu que j’accepte ? Si c’est tout ça, c’est déjà le cas.
Alors, que veux-tu que j’accepte ?

 

Le handicap ?

 

Jamais.

 

(Car)
Je ne suis pas un handicap.
J’ai un handicap.

 

Nuance qui a son importance.

 

Tu refuses de me laisser marcher ? Je volerai.
Tu m’empêches de faire les choses comme n’importe qui d’autre ? Je m’adapterai.
Tu me vulnérabilise ? Je ferai ce qu’il faut pour que ça ne se voie pas.
Tu veux m’interdire certains endroits ? J’irai dans tous les autres.
Tu veux me priver de certaines activités ? Je les ferai autrement. Ou j’en ferai d’autres.
Tu m’englobes dans des généralités et des préjugés ? Je m’en détacherai.

 

Je n’ai pas de regrets.
La colère que j’ai n’est que pour moi, elle ne dépend de personne.
Si j’accepte cette partie de moi comme faisant de ce que je suis la personne d’aujourd’hui, en aucun cas je ne renoncerai à ce que j’étais avant.
En aucun cas je ne renoncerai à ce que je veux être après.
Je ne cesserai jamais de me battre, c’est un choix.
Parfois les conséquences en sont rudes, mais ce sont nos combats qui nous font exister, aussi.

 

Tu vois, tu me fais me dépasser. Je ne peux pas complètement te renier.
On ne fera jamais qu’un. Mais on peut s’entendre, toi et moi, pour un jour se quitter sans avoir gâché quoi que ce soit.

 

 

 

 

Si vous aimez, n'hésitez pas : partagez !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email
Print this page
Print

12 commentaires sur “« Accepte ce que tu es », dialogue avec mon corps cassé.

  1. Superbe post! Beaucoup, beaucoup d’émotion!…. ….
    Une belle personne en somme…… juste avec un handicap!
    Ne changez rien pas même la musique!
    Bises
    Ghislaine

  2. Accepter… non pas CE que je suis, mais QUI je suis. D’abord une personne.
    Moi, je ne me vois pas comme handicapée. Ce n’est PAS ce qui me définit le mieux. Mais je reconnais être porteuse d’un handicap.
    Désolée je semble « pinailler » sur les mots, mais pour moi, ils sont importants.
    Merci pour ce bel article.😊

    1. Merci de ton avis, mais ne t’inquiètes pas, je choisis toujours mes mots avec soin lorsque j’écris, et il y a une raison à l’utilisation de chacune de mes nuances 😉 Et si tu as cru que je me voyais comme une « handicapée » dont son état la définit, alors tu ne m’as sûrement pas encore assez lue ahah ! Le handicap n’est qu’une caractéristique et ne sera jamais ni une nature ni une essence, continuons de le clamer haut et fort !

  3. Comment j’ai pu passer à côté de cet article alors que je te suis avec assiduité!!
    Je n’avais jamais commenté mais parce que je ne l’avais pas lu!

    Je le trouve très beau.
    Je n’ai jamais aimé ce terme d’accepter quand il est associé au handicap.
    Accepter quoi refuser quoi.

    C’est trop réducteur.
    C’est bien il va très bien avec mon article d’hier, je partage de ce pas!

Vos réactions...