bilan accessibilité Vienne

Autriche – Vienne, ses rues adaptées et ses WC high tech !

 

Parce que finalement quatre articles ne m’ont pas suffit pour vous raconter tout ce que j’avais à dire sur mon (trop) court séjour à Vienne, capitale de l’Autriche, voici un article bonus : l’article bilan.

 

Comme je vous l’expliquais dans le précédent, j’avoue que je n’avais pas forcément d’idées ni de préjugés sur ce qui m’attendait. Mais maintenant que j’y suis allée, j’avoue rester un peu sur ma faim. Cette ville dont je ne connaissais rien est pleine de ressources, belle et enrichissante alors je sais aujourd’hui que trois jours ne suffisent pas. Trois jours, c’est presque frustrant finalement. Et ce qui m’a fait apprécier tout ça, c’est aussi parce que je n’ai pas eu à m’inquiéter de mon fauteuil d’Albert.

 

 

Libre
Extrait du dessin animé Disney, Aladdin

 

 

Le risque lorsque nous nous rendons dans des endroits peu accessibles, c’est que nous soyons tellement attentifs à ne pas se bloquer dans un pavé, à trouver les bateaux aux trottoirs et les bons passages par lesquels passer, que nous en oublierions presque de regarder autour de nous. Parfois, être sur roues ne nous permet pas de profiter à 100%. Or à Vienne, ça n’était pas le cas, les rues sont en général bien adaptées. J’ai croisé si peu de soucis liés à l’accessibilité que j’ai eu tout le loisir de remplir ma tête de jolis souvenirs et de chouettes images.

 

 

Vienne, centre ville
Vienne, centre ville – Photo 1parenthèse2vies, ne pas reproduire

 

 

Ce qui m’a interpellé, ce sont toutes les signalisations pour aider les personnes malvoyantes. Peu de risques qu’elles s’écartent du droit chemin : des bandes en relief suivaient parfois des rues entières ! La plupart des feux avaient des signalements sonores et j’ai nombre de fois constaté du braille sur les boutons, aux toilettes ou sur les sonnettes d’appel par exemple. D’ailleurs, les sonnettes d’appels ! Lorsque vraiment, une adaptation définitive n’a visiblement pas pu être faite, il y a souvent un interphone pour signaler la présence d’une personne ayant besoin d’aide. Comme au Palais Royal (côté école d’équitation) ou au café du Belvédère, des employés ramènent alors une rampe amovible et donnent un coup de main si besoin est. Les transports (bus, métro et tram) ne nous ont pas posé problème non plus (peut-être avons eu de la chance mais quand même !)

 

Là-bas, peu importe que le bâtiment soit classé historique ou non : que ce soit dans les anciens quartiers des empereurs ou dans la vieille bibliothèque nationale, un ascenseur était toujours à disposition pour me permettre d’avoir accès à tout ce que le lieu avait à offrir. Et vous savez quoi ? Et bien non, ça ne faisait pas tâche dans le décor daté, non. Bien planqués ou bien intégrés au reste, aucun de ces ascenseurs ne m’a choqué visuellement.

 

 

Comme quoi si on voulait...
Comme quoi si on voulait…

 

 

Évidemment tout n’est pas parfait, serait-ce seulement possible ? Il y eut quand même un ou deux trottoirs avec un bateau que d’un côté (ou pas du tout), des bricolages inutiles un chouïa ridicule, un restau sans toilettes adaptées et un autre qu’avec des escaliers (nous avons dû y renoncer), mais proportionnellement au reste et comparé à certaines autres villes dans lesquelles je me suis déjà rendue, ça ne m’a pas paru très grave.

 

 

Rues adaptées ?
Ah bon ? – Photo 1parenthèse2vies, ne pas reproduire

 

 

L’élément sur lequel je dois reconnaître (et saluer) l’effort reste malgré tout les WC. Tous ceux que j’ai « essayés » comportaient lavabo, miroir, poubelle et sonnette d’alarme. Tout cela vous semble logique ? Faites la vérification ici en France désormais. Déjà faut-il qu’il y en ai des assez grandes (sans marches, avec portes assez larges bien sûr), mais il est extrêmement rare d’avoir tous ces éléments pourtant indispensables (bon le miroir peut-être pas mais zut, c’est pas parce qu’on est handi qu’on n’a pas besoin de se remaquiller ou de réajuster sa cravate en milieu de soirée !)

 

La médaille d’or des toilettes les mieux adaptées que j’ai vues revient à celles de l’aéroport ! Porte robotisée, une alarme à hauteur de fauteuil, deux au sol (bien joué !), des aides rabattables DES DEUX CÔTÉS du trône (plus un en prime, je ne sais pas à quoi il pourrait servir mais peut-être est-ce parce que ça ne concerne pas mon handicap directement) un interphone, un lavabo avec miroir à hauteur (c’est toujours mieux de ne pas voir que son front)… En un mot : top ! La roll Royce des cabinets moi j’dis !

 

 

accessibilité Vienne
Photo 1parenthèse2vies, ne pas reproduire

 

 

Vienne-Accessibilité
Photo 1parenthèse2vies, ne pas reproduire

 

 

Vienne-Accessibilité
Photo 1parenthèse2vies, ne pas reproduire

 

 

Donc pour finir. Vienne en fauteuil c’est mille fois oui, je n’aurais aucune inquiétude à y retourner seule car elle est pour moi l’une des villes les plus adaptées. Pour autant une chose nous a interrogées. Je vous l’ai prouvé à maintes reprises, là-bas l’accessibilité est très bonne et bien pensée. Cependant les autrichien dans la rue avait l’air… surpris de me voir. Et je n’ai en effet croisé aucun autre fauteuil actif. Conclusion : la prochaine fois j’y emmènerai d’autres copains sur roues, histoire de les habituer !

 

 

Vienne by night
Vienne by night – Photo 1parenthèse2vies, ne pas reproduire

 

 

Si vous aimez, n'hésitez pas : partagez !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email
Print this page
Print

1 commentaire sur “Autriche – Vienne, ses rues adaptées et ses WC high tech !

  1. C’est vrai qu’on a beaucoup d’efforts à faire niveau accessibilités en France même si j’ose espérer que les chosses évolueront encore et encore !! Une belle découverte à Vienne dont tu as pu profiter à fond grâce à leurs aménagements, c’est chouette !! Je ne suis jamais allée à Vienne mais c’est une destination qui me tente !! Chouette d’avoir fait ta rencontre au WAT, je reviendrai te lire de temps en temps ici 😀 !! Bisous !

Vos réactions...