jardin botanique

Canada – J.8 Mont Royal et jardin botanique en nocturne

 

Mais qu’est-ce qu’elles ont bien pu trouver à faire encore ? Plein de choses ! Et du royal s’il vous plaît ! Parce qu’aujourd’hui, nous sommes parties en exploration: au delà des quartiers et au delà de la petite balade tranquille que nous avions faite en début de séjour, cette fois nous avons joué les vraies touristes/gamines/françaises pour découvrir les plus jolis coins de Montréal.

 

Tout d’abord, le Mont Royal. Pour y accéder, rien de plus simple : fauteuils comme poussettes n’ont pas à s’en faire. Et heureusement ! Parce que ce serait quand même bien dommage de louper l’une des plus belles vues d’ensemble de la ville de Montréal. Pour en prendre plein les yeux, c’est par ici. Quant au bâtiment qui surplombe le lieu, s’il s’impose avec sa volée de marches à son entrée, il est en fait accessible par des portes de côté, que l’on peut franchir après avoir grimpé la belle rampe aménagée prévue pour les quatre roues sans moteurs (ou presque). Là encore, une fois à l’intérieur, tout est à observer voire à admirer : des sculptures de bois aux grandes ouvertures à l’impressionnant panorama. Et si vous aimez l’Histoire, de grands panneaux retraçant le passé de l’endroit sont exposés, entre la boutique et les toilettes (dont des adaptés) : un véritable mini musée !

 

 

Vue du Mont Royal sur Montréal
Photo 1P2Vs/Barrons-nous, tous droits réservés – Vue du Mont Royal sur Montréal

 

 

Chalet du Mont Royal, Montréal
Photo 1P2Vs tous droits réservés – Chalet du Mont Royal, Montréal

 

 

Parties de là, « pas le temps de niaiser » comme disent les québécois : grand tour au marché Jean Talon, entièrement en dur et plat (quand on est en fauteuil, on apprend à apprécier le béton), s’y promener est un vrai plaisir car d’une simplicité déconcertante : j’aurais pu y déambuler des heures, entre les stands de légumes, de cuisine de tous horizons, ceux de fruits et ceux de produit à l’érable. D’ailleurs en parlant d’érable, c’est là que nous avons fait le stock de sirop à ramener dans nos valises !

 

Mais vous savez quoi ? Je traîne, je traîne, le meilleur est à venir ! Nous avons décidé de passer toute la fin de journée au jardin botanique. Immense, nous n’avons pas pu en faire tous les coins et recoins, et nos pas/roues nous ont dirigés d’abord vers le bâtiment dédié aux insectes, puis vers l’enfilade de serres. Imaginez une gigantesque terrasse d’intérieur avec uniquement des orchidées, mais de toutes les sortes. Imaginez un espace entièrement dédié à la flore d’Amérique du sud. Imaginez une pièce dans laquelle sont exposés des bonsaïs de tous les âges, de toutes les formes et de toutes les espèces ! Se retrouver dans ce genre d’endroit fait voyager aussi un peu, d’une manière bien poétique et relativement calme (quand le groupe de touristes chinois arrêtent de parler cinq minutes). Nous avons été intriguées face à l’arbre qui sert à produire de la cannelle, amusées devant certains végétaux aux formes étranges, sceptiques à la lecture des propriétés des plantes carnivores. Il n’y a pas longtemps, quelqu’un m’a demandé de lui citer un lieu super niveau accessibilité, et bien voilà. En plus d’être enrichissant, celui-là est à faire en tant qu’handi : rampes, sols lisses et portes automatisées.

 

 

 Jardin botanique, Montréal
Photo 1P2Vs, tous droits réservés – Jardin botanique, Montréal

 

 

Le soir tombant, nous nous sommes orientées vers une partie du parc dans laquelle se tenait une exposition éphémère tout en lumières. Au revoir Montréal, nous nous sommes fait téléporter en plein cœur de l’Asie, de ses légendes et de ses lampions, sortis tout droit d’un nouvel an chinois. Le tout étant installé dans les jardins japonais aux maisons d’un style traditionnel, le dépaysement était total. D’immenses structures lumineuses nous plongeaient dans une ambiance à la fois douce et festive, des jeux de sons et de projections colorées finissaient de nous émerveiller : les yeux brillants et le poil luisant le cœur battant, nous flânions dans ce décorum sans même nous apercevoir que les heures passaient. Le seul hic ? Parce que oui, il en fallait quand même un (la perfection ça n’est pas drôle) : une petite partie du parcours n’était faisable ni par un fauteuil, ni par une poussette, ni même par quelqu’un en béquilles puisque valide, ça n’était apparemment déjà pas évident. Dommage. Nous avons dû faire l’impasse sur les proverbes écrits à l’encre de Chine exposés dans un kiosque aux allures de temple.
Un regret ? Même pas. Nous étions déjà si contente de tout ce que nous avions pu admirer que ça aurait été bien triste de se sentir frustrées. Le matin nous avions été au Mont Royal, mais ce qu’il y avait là ce soir-là l’était tout autant, royal !

 

 

Exposition jardin botanique Montréal
Photo 1P2Vs, tous droits réservés – Exposition au jardin botanique, Montréal

 

 

Et là-dessus, comment avons-nous terminé la journée ? Sur de l’incontournable culinaire, de la haute gastronomie canadienne, un met fin, délicat et sain, au nom aussi léger que chantant, je veux bien sûr parler de la poutine.

 

 

gif poutine
Des frites, du fromage et de la sauce dont il ne vaut mieux pas savoir la composition

 

 

Un plein de forces pour demain le grand jour, jour mystère, jour surprise, celui dont les deux touristes sur les trois françaises que nous étions ne savions encore rien ce soir-là. Bref, demain sera publié l’article que je suis le plus impatiente d’écrire et de vous faire découvrir. Sur ce, bonne frustration !

 

 

Si vous aimez, n'hésitez pas : partagez !
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Vos réactions...