Centième article : les réponses à vos questions

 

Vous avez été pas mal à m’envoyer vos questions pour le centième article. Elles étaient toutes intéressantes mais il fallut faire un choix pour ne pas faire un article interminable (et ce fut affreux, nul, vraiment difficile). Voici donc mes réponses à celles qui m’ont semblé pertinentes à partager, même si en fait, elles l’étaient toutes.

 

Qu’est-ce qui te manque le plus ? (par rapport à quand j’étais valide)
Jouer à Tetris. Disons que je peux encore mais qu’avec mes mains pas très sûres, je suis loin de pouvoir faire les scores que je faisais avant. C’est frustrant.
Bon plus sérieusement, il y a trop de choses en fait alors j’évite d’y penser… Ce qui manque « le plus » varie selon les moments. Quand il a commencé à faire beau cet été, j’ai eu envie de faire de la bicyclette. Pas du vélo hein, de la bicyclette, avec la grosse selle en cuir et les pédales qui grincent quand on les fait tourner. Parce qu’enfant c’est ce qu’on avait avec les cousins pour accompagner le grand-père dans les petits chemins en forêt. Et ce sont de bons souvenirs. Mais clairement cet hiver quand il fera bien froid, ce n’est pas ça qui me manquera « le plus ».

 

réponses

 

Maintenant si vraiment je devais choisir une chose ce serait ça : je ne me met(tais) pas souvent en colère et les rares fois où vraiment j’avais un trop plein d’émotions, j’allais évacuer en partant courir, avec mon chien la plupart du temps. Aujourd’hui, je n’ai pas encore trouvé d’équivalent qui me permette de me défouler sainement et je l’ai déjà payé assez cher. Je n’ai plus ni chien, ni jambes, et c’est difficile à compenser, pour ne pas écrire « impossible »…

 

 

Est-ce que tu es déjà retournée en boîte ?
Ahah oui. Mais ce qu’il faut savoir c’est qu’en fauteuil, chaque « nouvelle première fois » est compliquée, parce qu’on ne peut pas s’empêcher de comparer avec « avant ». J’avais beau le savoir, je ne me suis pas rendue service car la première fois que j’y suis retournée c’était une dans laquelle j’avais fait beaucoup de soirées en tant que valide, dans laquelle j’avais des souvenirs aussi divers qu’importants et marquants. Alors ce fut difficile, même si j’étais avec les copains, même si on s’amusait bien et que personne ne me regardait bizarrement, j’ai quand même eu un instant de relâchement où j’ai pleuré. Mais ça ne m’empêchera pas d’y retourner parce qu’alors, la pilule sera passé et je pourrai enfin en profiter.

 

 

Es-tu allée là où tu as eu ton accident ?
Oui. Et non. En fait je ne connais pas l’emplacement exact de mon accident et je n’ai jamais cherché à le savoir. Pas que je ne veuille pas, et j’en étonne plus d’un quand je dis ça, mais ça ne m’intéresse pas. Ça ne me semble pas vraiment important. Cela dit j’ai été amenée à reprendre le même trajet et… ça ne m’a rien fait… du tout. Je me suis bien posé la question, vaguement, mais non, il n’y a pas eu de mémoire retrouvée, de mal-être ou de peur.

 

 

Ça t’a pas inquiétée de reprendre la voiture ?
Du tout. Au contraire même ! Je n’avais qu’une envie, c’est de reconduire. Parce que j’adore ça. À partir du moment où j’ai eu mon permis j’ai toujours adoré ça. Je me sens rarement aussi bien que lorsque je suis toute seule au volant en route pour un week-end entre amis ou des vacances en famille.

 

 

Tu mets combien de temps à te préparer le matin ?

 

Réponses matin

 

Ça dépend. Partons sur une moyenne d’une bonne demi-heure. Mais cet été où souvent il n’y avait qu’à enfiler une robe et où je ne mettais pas de chaussures, en dix ou quinze minutes c’était bon. Lorsque j’ai envie de prendre le temps de me faire un vrai beau maquillage ou que je mets mes tennis à lacets, forcément j’en ai pour un peu plus longtemps. Mais c’est quelque chose qui varie énormément selon le handicap.

 

 

Es-tu déjà allée dans un parc d’attraction en fauteuil ?
Ça c’est un sujet qui fâche. Parce que oui j’ai essayé. Quatre fois. Mais panne de voiture, problème de boulot, soucis d’organisation, chaque fois il fallut annuler et ça n’était même pas à cause du fauteuil ou d’un contre-temps provoqué par le handicap. Résultat, je n’y ai pas encore remis les pieds. Mais je n’abandonne pas, je vais m’acharner !

 

 

Voilà pour cette fois. Un grand merci à tous ceux qui ont osé m’envoyer leurs questions et leurs doutes. Vous pouvez continuer à le faire et qui sait, peut-être en referai-je un article. Quoi qu’il arrive rien ne reste sans réponses alors n’hésitez pas !

 

 

Si vous aimez, n'hésitez pas : partagez !
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Vos réactions...