Fauteuil et estime de soi : et sinon, tu te trouves comment toi ?

 

Il y  a presque un an maintenant, j’avais voulu écrire à propos d’une question que quelqu’un m’avait posé mais jusqu’à aujourd’hui je trouvais toujours « plus important » à vous transmettre. Peut-être qu’en fait, c’est parce que je n’avais pas encore tous les éléments dont j’avais besoin. 

 

Lorsque du jour au lendemain vous vous retrouvez dans une situation à laquelle vous n’étiez pas préparé, si vous êtes pris en charge par une structure quelle qu’elle soit, il y a de grandes chances pour que l’on vous impose quelques séances avec un ou une psychologue « au cas où ». N’ayant pas échappé à cette règle, et malgré mes préjugés, j’ai décidé de « jouer le jeu ». Au cours de nos discussions, celle que je considérais davantage comme un soutien amical qu’une professionnelle dérangeante a été amené à me poser la question suivante : « Est-ce que tu te trouves jolie ? »

 

Par cette interrogation, ce qui l’intéressait n’était pas d’avoir une réponse directe, ce qui tombe bien car je pense que je n’en aurai jamais. Non, elle voulait plutôt savoir comment j’appréhendais visuellement mon handicap. Le facteur fauteuil est un élément qui altère énormément notre jugement, notre vision de nous-mêmes et si vous me dites que ce n’est qu’angoisse inutile, laissez moi vous rappeler certaines choses que j’ai déjà entendu, à mon égard ou à l’égard d’autres personnes considérées comme « différentes ».

 

  • « Tu ne remarchera pas ? Oh c’est pas grave, t’es une belle femme ! »
  • « Il est en fauteuil ? C’est dommage c’était un beau garçon… »
  • « Une jolie fille comme ça avec une amputation, quel gâchis. »
  • « Décidément la vie lui a pas fait de cadeau : il était déjà pas aidé physiquement mais là avec le fauteuil c’est encore pire ! » 

… (OUI j’ai déjà entendu ça, VRAIMENT !)

 

Alors déjà, c’est quoi ce pouvoir que certaines personnes se donnent de juger les gens en les cataloguant attirants ou non ? Ce sont des notions tellement subjectives ! Mais ajouter à cela le handicap comme étant un critère,  cela devient déplacé au point d’être injurieux (l’absurdité n’a décidément pas étouffé assez de personnes…) Comment voulez-vous qu’ensuite, nous nous voyions autrement qu’ainsi ?

 

Space estime de soi

 

Mais revenons à la question de base : « Te trouve-tu jolie ? » Parce que finalement ce qui compte c’est la façon dont nous nous considérons, pas ce que pensent les autres. Il y a un certain nombre d’années, quelqu’un m’avait dit que tu m’aimais encore… ok je sors que les gens nous voient tels que nous nous voyions nous-mêmes. C’est vrai qu’un fauteuil, une canne, une prothèse, une démarche mal assurée, sont autant de choses qui font peur. Mais entre ça et la nana bourrée qui vomi dans le fossé ou le gars en noir aux cheveux gras, je ne suis pas sûre que le pire soit côté handicap. 

 

Et pour répondre à cette question lancinante et universelle – je le sais bien que cette psy n’a rien inventé en m’interrogeant ainsi – comme tout le monde j’ai mes complexes, comme tout le monde parfois je me déteste, parfois j’ai le regard fatigué, les cheveux qui partent n’importe comment, un bouton qui n’était pas là hier et alors ? C’était déjà le cas avant l’accident. Après je ne vous cache pas que j’ai mis  de longs et nombreux mois avant d’accepter de me regarder dans le miroir, mais c’est plus parce que ça me donnait une preuve de ce qu’il s’était passé que parce que je ne m’aimais pas. Bien sûr qu’avoir les fesses vissées sur ce truc roulant et avoir les mains qui manquent cruellement de naturel ça donne un sacré coup à la confiance en soi mais si nous attardions tous au positif plutôt qu’au négatif ? Il faut arrêter de se sentir coupable de s’accepter.

 

Bitch i'm fabulous

 

Ce n’est pas prétentieux de se dire que vous n’êtes pas si mal que ça après tout et votre handicap ne change rien à ce que vous êtes en tant que personne. Quiconque vous dit le contraire ne comprend rien. Et s’il ne cherche pas à aller plus loin que ses idiots de préjugés c’est qu’il ne vaut pas la peine que vous vous y attardiez.

 

Je suis en fauteuil, j’ai une amie qui boîte, un copain qui a des soucis d’équilibre, un pote qui marche avec une canne, une connaissance qui a une jambe en métal, un voisin qui a trois allergies différentes, un frère avec le dos en compote et vous savez quoi ? Ce n’est pas ce qui compte. Ce qui compte c’est plutôt ça :

 

Je n’ai pas de cicatrice sur le visage, j’ai une amie qui a un nez adorable qui se retrousse quand elle fait la moue, un copain qui a un regard par lequel on peut voir passer toutes les émotions possibles, un pote que je vois toujours s’amuser de tout et de rien avec un visage radieux, une connaissance qui possède ces si belles petites rides sur le coin des yeux quand elle rit, un voisin avec de magnifiques boucles qui lui tombent devant les yeux lui donnant un petit air timide, un frère aux grandes épaules solides prêt à aider n’importe qui, n’importe quand (ou presque).

 

Parce que se sentir bien, ce n’est pas avoir été photoshopé. Se sentir bien ce n’est pas faire le poids ou la taille parfaite, ce n’est pas avoir la silhouette  idéale, ce n’est pas faire l’unanimité, ce n’est pas être parfait. C’est ennuyeux la perfection. Et quel serait l’intérêt de vivre avec des gens répondant tous aux même critères, je vous le demande ? Non, se sentir bien, ça ne regarde que vous : pas le handicap, pas ceux qui vous rabaissent mais vous.

 

Et je ne suis pas la seule à le dire :

 

 

 

Si vous aimez, n'hésitez pas : partagez !
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

1 commentaire sur “Fauteuil et estime de soi : et sinon, tu te trouves comment toi ?

  1. <3
    (Sinon, je suis tout à fait d'accord avec toi. Et maintenant, les gens qui ont des remarques du genre, je les envoie purement et simplement bouler en leur disant : "Je ne suis pas comme tu aimerais que je suis et tu trouves ça dommage ? Va te faire cuire des patates sautées et réfléchir sur le sens de la vie !"
    Je crois que j'ai perdu toute patience et diplomatie.)

Vos réactions...