Terminator

Les gens et leurs réactions positives #2 – Reprendre foi en l’humanité

 

Au départ j’avais prévu de vous parler de mon retour en France après l’Espagne : une épopée qui m’a valu quelques impatiences ! Seulement voilà, lorsque je me suis installée devant ma page blanche ce matin, j’ai eu envie d’écrire des choses positives. Je collectionne les bourdes, je collectionne les questions, je collectionne les inepties, mais je collectionne aussi les belles initiatives. Alors pour reprendre foi en l’humanité, aujourd’hui voici une deuxième édition de « Les gens et leurs réactions positives ».

 

Vous le savez, je suis très indépendante. Parfois j’aspire même à l’être trop peut-être. Mais comme n’importe qui, je ne suis pas invincible. Il arrive que je me retrouve dans des situations où le fait d’être seule pour y remédier complique particulièrement les choses.

 

Un jour, sur une aire d’autoroute, je n’arrivais pas à sortir le fauteuil Albert de la voiture : le bras robot chargé de ce boulot là était coincé par ma valise qui avait glissé (il n’y a pas de séparation entre le coffre et la place de l’engin). Autant il m’arrive de réussir à descendre mon destrier lorsqu’il s’est détaché du bras mécanique (suite à un freinage brusque par exemple), autant là, il était encore bien fixé : impossible donc pour moi de faire quoi que ce soit.

 

Alors que je me creusais les méninges (non je n’ai pas peur d’utiliser des expressions de ma grand-mère) à la recherche d’une éventuelle solution, un monsieur qui avait dû remarquer mon désarrois s’avance vers moi et me demande si, à tout hasard, je n’aurais pas besoin d’un petit coup de main.

 

 

Coup de main
Toy Story

 

 

Alléluia, la voilà ma solution ! Pour une fois, j’étais bien soulagée de ce genre d’initiative et, avec une simplicité déconcertante, il n’a eu qu’à remettre mon bagage à sa place, en le calant mieux que je ne l’avais fait en partant.

 

D’ailleurs lorsque j’ai un souci, cela est souvent lié à la voiture ou au bras robot : lorsque mon capot s’ouvre tout seul et que je ne peux pas le refermer par moi-même, lorsque l’endroit où je me gare est en pente et que ça m’empêche de pouvoir accrocher Albert correctement, lorsque quelqu’un s’est garé trop près de moi… Jamais personne n’a refusé de m’aider. Et par « aider », j’entends aussi « donner du temps », à une inconnue qui plus est. Faire preuve d’humanité existe encore, c’est bien ce que je disais !

 

Alors certes, le temps en question ne dure rarement plus de cinq minutes, mais quand même, certains ne les perdraient pour rien au monde. L’autre jour j’ai voulu essayer de faire le plein de ma voiture toute seule : je n’étais pas pressée et j’étais motivée. Seulement voilà, avant même de commencer j’ai rencontré un obstacle auquel je n’aurais jamais pensé… La dernière fois qu’une personne s’était occupée de ça, c’était un homme qui, manifestement, avait mis un peu trop de force dans la fermeture de bouchon du réservoir. Obligée de demander à un monsieur qui prenait de l’essence juste à côté de venir me l’ouvrir. Mais il aurait pu juste le faire et repartir n’est-ce pas ? Et bien non, il est resté tout du long pour « m’assister » si besoin, pour être sûr que je m’en sorte jusqu’au bout.

 

 

mission accomplie
Kronk – Kuzco

 

 

Et puis cette semaine, lundi pour être précise, il a plu. Ça faisait longtemps que je n’avais pas fait regonfler les pneus d’Albert, résultat de quoi les freins ne font pas leur job à 100%. Ces deux facteurs combinés, devinez qui s’est retrouvée bloquée entre un siège de voiture trop haut pour se remettre dessus et un fauteuil à la velléité de s’en aller au moindre faux mouvement ? Heureusement pour moi, j’allais alors en kiné et étais garée dans une rue pas mal fréquentée. Deux femmes passant par là, lorsque je les ai appelées à la rescousse, n’ont pas hésité une seconde à se précipiter vers moi pour me sortir de ma mauvaise posture. Pourtant ni l’une ni l’autre n’était « du métier » ou n’avait un frère/ami/père/collègue en fauteuil. Non, elles ont fait ce qu’elles ont pu parce que ça leur paraissait normal, voilà tout.

 

Des fois j’aime pas les gens.
Et puis des fois je les trouve géniaux.
Des fois l’Humain est idiot.
Et puis des fois il est quand même sacrément cool.

 

C’est quand, vous, la dernière fois que vous avez repris foi en l’humanité ?

 

 

Si vous aimez, n'hésitez pas : partagez !
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

2 commentaires sur “Les gens et leurs réactions positives #2 – Reprendre foi en l’humanité

  1. Personnellement, j’ai toujours eu plus de personnes pour m’aider que l’inverse! ^^
    Aider à mettre les courses dans le caddie, ou plus tard dans le coffre, me raccompagner jusqu’à la voiture, m’aider à attraper un objet ou rester avec moi le temps que le cœur arrête de faire le clown…
    Et puis les personnes négatives sont suffisamment inintéressantes pour ne pas leur accorder d’attention!
    Bravo pour cet article, ça donne le sourire 🙂

    1. Merci Enora ! Moi non plus je ne me suis jamais trouvé dans une situation où quelqu’un me refuse de l’aide : les gens sont plus bienveillants que certains le disent 😉

Vos réactions...