Handicap et habitat : la quête du Graal

 

Comme toute espèce animale, le handicapé aime à vivre sur un territoire défini, dans un endroit « bien à lui » qu’il appellera « maison » (ou « appartement »). Mais la quête de l’antre parfaite ne se fait pas sans peine et c’est encore une aventure que celle-ci !

 

Nous avions déjà parlé accessibilité ici et , quand j’avais notamment évoqué les visites chez les copains. Pour résumer, il faut déjà veiller à atteindre votre porte d’entrée : plans inclinés à des degrés raisonnables, ascenseurs assez grands et couloirs sans marches. Ce peu de critères là vous éliminent déjà pas mal de possibilités. Mais vous savez quoi ? Ce n’est rien : nous n’en sommes qu’au premier niveau du jeu, vous savez, le plus facile ? Non parce qu’il y a tout le reste… Oui oui, chaque pièce est à vérifier, tout à fait : une véritable enquête en somme !

 

enquête

 

Tout d’abord, l’entrée s’il y en a une. (Quoi, ça peut déjà être un problème ?) Mais je vais y ajouter les couloirs, comme ça ce sera fait. Quand vous arrivez à l’intérieur, si la largeur du couloir ne vous permet pas de tourner et de faire vos manœuvres, vos pièces peuvent bien être aussi grandes que possible, ça ne servira pas à grand chose. Vous imaginez ? Vous vous retrouvez avec une salle de réception digne de celles du château de Versailles et… Impossible d’y entrer ! Sale blague non ? Quant aux largeurs de porte, le constat est identique.

 

Mais partons du principe qu’il n’y a aucun soucis de ce côté et dirigeons nous vers le salon. Pas longtemps, il n’y a pas grand chose à en dire. Mise à part qu’une personne en situation de handicap, davantage si elle est en fauteuil, aurait plus besoin d’un terrain de foot qu’un salon pour caler tous ses meubles et pouvoir encore tourner autour… Ah et petit détails ! En cas de baie vitrée ou de porte-fenêtre : les rebords sont souvent des traîtres. Ce serait dommage d’avoir un jardin ou un balcon sans pouvoir y aller sans rester coincé dehors sans abîmer la sortie n’est-ce pas ? Même topo pour la chambre.

 

Côté cuisine, je vous renvois à cet article où j’essayais désespérément de cuisiner dans un endroit non adapté. Tout atteindre, tout attraper, tout utiliser : mission pas impossible mais très difficile ! Veiller à avoir des portes de placards aisées à ouvrir, un lavabo pour lequel nous ne sommes pas obligé de nous coucher à moitié sur le plan pour allumer le robinet, un réfrigérateur sans étagère à bannir, une plaque chauffante non dangereuse pour nos mains maladroites…, …, …

 

Finalement, le boss du jeu se trouve être dans la salle de bain. Oubliez les cabines de douches (souvent avec marche ou trop exiguës), les lavabos sous lesquels un meuble vous empêche de vous placer, les WC à part (à moins qu’ils soient assez grands pour votre carrosse)… Mine de rien si vous voulez vous doucher, comme je vous le disais là, il faut pouvoir passer de votre fauteuil usuel à la chaise de douche : de la place s’il vous plaît, et bien aéré avec ça. Il faut ensuite être dans la mesure de vous installer sous la douche (plate), que l’eau s’écoule correctement et le tout sans que vous ayez à vous cogner partout. Évidemment, il existe des alternatives, seulement elles ne fonctionnent pas toujours. Par exemple, certains peuvent avoir une baignoire : à l’aide d’un siège adapté, une fois transféré dessus, vous pouvez même prendre des bains. Oui. Mais encore faut il être dans la capacité de lever ses jambes assez haut pour les installer dans la baignoire. Or on ne dirait pas comme ça mais c’est lourd une jambe en fait ! Si en plus elle est spastique, il y a moyen de se faire les bras mieux qu’avec des épinards ! Le matin encore… Mais vous vous voyez le soir, après une journée bien remplie devoir encore lutter du peu de force qu’il vous reste ?

 

Allons… Courageux oui, fous non (enfin pas complètement) !

 

affolement

 

Bon et puis comme tout le monde, s’ajoutent à tout cela budget, envies (oui quand même un peu), emplacement y tutti quanti. Conclusion ? Il me faut une maison magique. (penser à envoyer une lettre à Poudlard pour aide en sorcellerie.)

 

 

Si vous aimez, n'hésitez pas : partagez !
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Commentaires Facebook

commentaires

1 commentaire sur “Handicap et habitat : la quête du Graal

Vos réactions...