Les petits plus du handicap (quand même un peu…)

 

Qui a dit qu’être en fauteuil roulant ce ne sont que des ennuis ? Je ne suis pas d’accord : si nous regardons bien, il y a quand même quelques avantages ! Et comme pour vivre sainement, mieux vaut voir les choses du bon côté…  Je vous montre ? Allons-y, c’est parti !

 

  • Les places de parking

Quand elles ne sont pas prises par des idiots qui ont du mal à comprendre que la bêtise n’est pas un handicap reconnu, ces places de parking bleues c’est quand même le pied (enfin…la roue…) ! Bien oui, imaginez deux minutes : ce sont les soldes et pas une place de libre dans le parking. Avouez qu’un handicapé dans ces moments-là, c’est bien utile ! Pareils, vous allez au cinéma : pas besoin de se presser, en tant que personne à mobilité réduite, vous savez qu’une belle et grande place vous attend pile poil en face de la porte (si ce n’est pas merveilleux tout de même). Bon parce qu’il ne faut pas croire hein, les fauteuils roulants (ou autres handicaps), ça ne se bouscule pas au portillon donc les places prévues sont rarement toutes occupées (par des gens qui y ont vraiment droit, encore une fois). Du coup, finies les longues minutes d’angoisse à chercher désespérément où garer votre carrosse. Finis les concerts de klaxons quand vous êtes plusieurs à vous disputer le seul endroit disponible. Fini également le stress du PV quand, votre patience arrivée à bout, vous avez finalement posé votre engin n’importe où, n’importe comment, tant que vous pouviez vous en échapper. En bref, voyez là comme un petit gain de temps (si votre sortie du véhicule est maîtrisée) et d’énergie (il n’y a jamais plus près de la porte convoitée que ces places là… Normalement !)

 

  • Les gens (ceux qui vous ignorent, des fois que vous soyez contagieux)

J’en avais déjà parlé dans l’article « Ah, ces regards… » dans le sens où rares sont ceux qui savent comment se comporter (c’est le problème de l’inconnu et de la non-banalisation du handicap malheureusement) MAIS ! Mais quoi qu’il arrive, il y a quand même certaines choses qu’inconsciemment tout le monde fait (ou ne fait pas, vous allez voir). Par exemple, en tant qu’handicapé, et dans la limite du raisonnable, vous êtes rarement repris parce que vous faites trop de bruit (au cinéma, à un enterrement, à un spectacle…), ou parce que vous gênez (si c’est le cas, personne ne vous le dira en face et ne vous demandera quoi que ce soit). Si vous râlez, on s’excusera sans chercher à savoir si oui ou non, vous avez raison. Quand vous réussissez à vous imposer dans une foule (excusez-moi, pardon, excusez-moi, s’il vous plaît, je suis là, vous pourriez, s’il vous plaît… PARDOOOON !!), tout d’un coup vous allez vous retrouver avec une haie d’honneur. Si vous allez voir un vendeur ou un vigile pour avoir de l’aide avec votre air malheureux et timide, il sera rare que l’on vous refuse quoi que ce soit.

 

chat mignon

 

Parfois, certains commerçants vous feront même un tarif spécial (cas exceptionnels mais je tiens à en parler pour montrer qu’il y a des individus vraiment, vraiment biens). Je m’explique : dans la ville où je fais ma rééducation, il y a un tout petit cinéma qui ne paye pas de mine tenu par un monsieur un brin lunatique mais d’une très grande gentillesse. Quand j’ai un film à voir, je m’arrange pour aller là-bas parce qu’il me fait payer la place au tarif étudiant. D’abord parce qu’avec mon âge, c’est encore crédible mais surtout parce qu’il sait que je ne pourrai pas m’installer dans un siège moelleux mais que je devrai rester sur celui dans lequel je passe déjà 75% de mon temps.

 

Maintenant vous vous dites « ouais en fait les handicapés c’est rien que des profiteurs » : et bien deux points. Le premier, c’est que je ne parle ici que du positif et du meilleur des cas, parce que si je comparais avec tous nos ennuis, je vous laisse deviner quelle liste serait la plus longue. Le seconde : si vous voulez, on échange, ce sera avec plaisir.

 

Bon et petite chose à part, en étant en centre de rééducation et ne pouvant être prête à temps pour monter au réfectoire le matin, moi ça fait presque un an et demi que j’ai le droit au petit déj’ au lit tous les jours, et oui ! Certes pas amené par un bel infirmier, mais suivi d’une aide-soignante souriante qui s’enquiert de votre santé, de votre humeur, en un mot : qui s’intéresse. Et ça, c’est top.

 

  • Les structures adaptées

Je vous l’accorde, elles ne sont pas très courantes : pas assez d’ailleurs. Cela dit quand elles le sont, il ne manque plus que le tapis rouge. Mais parlons plus grand. Des structures de loisirs. Vous ne voyez pas ? Et bien ! Les parcs d’attractions voyons ! Actuellement, presque tous sont équipés d’aménagements pour tout handicap, que ce soit malvoyants, malentendants, malphysiquements (ce mot n’existe pas, mais je le trouve plutôt explicite). Alors c’est vrai que nous sommes limités, qu’il y a pas mal de choses qu’avec toute la volonté du monde, nous ne pouvons pas faire. Cela dit pour ce qui nous est accordé, sachez que nous n’avons pas la file d’attente à supporter, que nous pouvons nous faire accompagner d’un certain nombre d’aides selon notre handicap (pour ma part, à Disney, j’aurais l’autorisation de passer devant tout le monde avec quatre de mes amis ou membres de ma famille, tant qu’ils sont adultes) et que les techniciens peuvent même arrêter l’attraction rien que pour vous et votre installation (si ce n’est pas la classe ça, quand même) !

 

Bon, revenons sur terre, à des choses plus communes : dans les supermarchés, les postes, les toilettes publiques (je vous avais prévenu), les banques… Il doit y avoir, si c’est adapté, des espaces faits pour les personnes en situation de handicap. Quand ils ne sont pas squattés par des gens qui n’ont rien à y faire, ça vous facilite la vie et encore une fois, l’attente est quand même minime.

 

Alors voilà, je ne vais quand même pas vous dire que le handicap c’est génial parce qu’évidemment c’est faux, mais je vous dirai plutôt que dans toute situation, aussi sombre soit-elle, il y a toujours quelque part de toutes petites taches de couleurs. Or ceDisney fauteuil n’est pas sur le sombre qu’il faut s’arrêter, mais c’est de ces parcelles de couleurs dont il faut profiter.

 

Bon, et conclusion de tout ça, c’est aussi que le handicapé est un animal de compagnie forcément un peu encombrant, mais tout de même bien pratique n’est-ce pas ?

 

 

Si vous aimez, n'hésitez pas : partagez !
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Commentaires Facebook

commentaires

2 commentaires sur “Les petits plus du handicap (quand même un peu…)

  1. Comme tu dis, mieux vaut faire une file d'attente que d'être handicapé… Je trouve normal ceci dit que ces dispositifs existent, idem pour les femmes enceintes etc… Maintenant attention à ne pas tomber dans l'exces : ils mettent maintenant des places "famille" pour les gens ayant des poussettes ou plusieurs enfants… Bon, j'estime que, contrairement à l'handicap, la naissance reste globalement un choix… !
    Bon en attendant quand tu veux je t'emmene à Disney j'ai des places à 21 euros avec mon pass annuel 🙂

Vos réactions...