Matins pépins

 

Ce matin, vous commencez à peine votre journée que vous vous faites attaquer par votre bol de lait,  oubliez votre tartine qui brûle dans le grille pain, enfilez votre pull à l’envers et trébuchez sur le chat qui vous réclame à manger comme s’il n’avait rien avalé depuis des semaines. Vous voyez de quoi je parle ? De ces débuts de journées qui vous prouvent que vous auriez dû rester bien au chaud dans votre lit plutôt que de lutter vainement. Tout ça pour quoi ? Aller TRAVAILLER ! Et bien sachez qu’en fauteuil roulant, tout cela est multiplié par deux (pour ne pas dire dix). Vous doutez ? Attendez un peu que je vous explique…

 

  • Le matin discret

Ce week-end je me suis aperçue d’une chose à laquelle je n’avais jamais fait attention auparavant : vous ne pouvez pas être discret en fauteuil ! Comment en suis-je arrivé à cette conclusion ? Et bien voilà : dimanche dernier, il a fallu oublier la grasse matinée et me préparer alors que mon frère dormait dans la pièce peu isolée d’à côté. Le but du jeu était donc de ne pas le réveiller mais malgré toute la concentration dont j’étais capable à cette heure là, j’ai échoué. Déjà en temps normal, c’est pile poil au moment où le silence doit régner que vous vous prenez le pied dans le coin du lit ou que votre réveil se déclenche sans raison. Alors n’échappant pas à cette règle de base, de nombreux objets m’ont échappé des mains tandis que d’autres perdaient l’équilibre sans autre explication que la présence de farfadets de maison, et ça aurait été bien suffisant. Mais ça, c’était sans compter un tout petit détail : ah oui, c’est vrai, j’ai un handicap… Du coup côté bruits ça donne ça :

bruit fauteuil

Voilà, maintenant avec ça, essayez de passer inaperçu vous. M’enfin, voyons le bon côté des choses : nous ne serons jamais soupçonnés de cambriolage au moins…

 

  • Le matin retard

Et puis il y a des jours où le temps se lègue contre vous. Vous traînez, « vous sortez beaucoup trop tard du lit et au moment où vous partez le téléphone sonnait ». Là, vous savez pertinemment que vous n’êtes pas au bout de vos peines car en général, plus vous êtes pressé et plus vous êtes malchanceux. Oh il ne se passe rien de grave : c’est plutôt un enchaînement de petites choses qui, mises bout à bout, met votre patience à rude épreuve. Le problème c’est qu’en fauteuil, le moindre contretemps transforme des secondes en minutes et des simples retards à de vraies absences. Par exemple, quand vous faites tomber vos clés par terre, vous vous baissez pour les récupérer, point. En fauteuil, il faut d’abord se « garer » à la bonne place, bonne hauteur et bon côté pour certains. Ensuite seulement mettre les freins, se baisser et là, toucher au but. C’est quand vous êtes en retard que vous oubliez de prendre vos médicaments, que vous avez une envie pressante au moment du départ (hors pour nous, ça ne prend pas cinq minutes), que vous vous coincez le pied derrière votre cale pied, que votre T-shirt propre pas encore enfilé glisse de vos genoux et sur lequel vous roulez dessus en essayant de le récupérer, bref. Dans ces moments là, je ne suis pas sûre que manger un Nutri-grain suffise, chocolat ou pas chocolat…

 

 

C’est vrai que quelque part, nous serons toujours plus ou moins excusés parce que bon, « tu te rends compte, il/elle est handicapé(e), ça doit vraiment pas être facile tous les jours ». C’est vrai, même si c’est frustrant à admettre. Cela dit, être en retard « parce que nous sommes en fauteuil » manque cruellement de positif pour notre ego. Et puis comme tout le monde, il faut prévoir et puis parfois, il y a des couacs, ça arrive. En cela nous ne sommes pas différents : notre différence réside uniquement dans notre façon de fonctionner et de s’organiser au réveil mais c’est tout. Pourquoi aurions nous plus de faveur que la salarié seule avec deux enfants ou que l’employé qui habite loin de son travail ?  Personne n’est à l’abri de ces matins pépins. 

 

 

Si vous aimez, n'hésitez pas : partagez !
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

2 commentaires sur “Matins pépins

  1. handicapé ou non, c'est vrai qu'il y a des matins où on se sent ….handicapé justement! Rien ne va. Objets qui vous échappent et pourtant MOI j'ai mes deux mains???? Retards accumulés. Voitures qui "roulent mal". Et du coup Grognon pour la journée!!!!! suivez mon regard…..
    ClearVador

Vos réactions...