Rennes, Bretagne à demi accessible

 

Je vais souvent à Rennes et je crois que c’est une ville que j’apprécie, même si côté accessibilité elle a encore une bonne marge de progression. Ça n’a jamais été un souci pour moi étant donné que j’y suis toujours avec des amis, mais je sais pertinemment que lorsque j’ai envie de partir seule, ce ne serait pas une destination que j’envisagerais si je préfère ne pas trop peiner.

 

Office du tourisme :

 

Il faut leur reconnaître ça, le site internet est très bien fait, en plus d’être complet… Enfin presque… J’ai eu beau cliquer un peu partout, surfer de page en page, rien sur le handicap, pas un mot, pas un logo ni même une allusion. Qu’à cela ne tienne, me voici dans la barre de recherche, prête à dégainer du clavier. « Handicap », « accessibilité », « fauteuil »… À part quelques endroits où loger, aucun résultat intéressant sur le tourisme en lui-même ne sort. Nous n’existons pas. Sympa les gars ! Mais rien ne m’arrête, je me procure le plan (très bien indiqué) des circuits touristiques de la ville et avec une amie avec qui je passe quelques jours, nous choisissons d’en faire un en mode « on verra bien ». Si les indications pour les handis sont inexistantes, celles pour les valides, elles, sont nombreuses et remplissent parfaitement leur rôle : donner envie de tout visiter !

 

 

 

 

Accessibilité :

 

Comme la plupart des grandes villes françaises, le centre historique de Rennes est pavé et il ne faut pas se leurrer, en fauteuil c’est la galère. Certes, il y a « pavés » et « pavés » mais malheureusement pour nous, ceux-là sont des pires : les gros inégaux avec des écarts de plusieurs centimètres entre eux, là où les roues peuvent se bloquer à tout moment (un vrai bonheur !) Maintenant, il n’y en a quand même pas partout, donc s’ils rendent difficile à atteindre les portes Mordelaises (entrée de la ville fortifiée), la place des lices ou celle du Parlement de Bretagne, ils brillent par leur absence du côté des Champs Libres et du Parc du Thabor.

 

 

Le plus facile en fauteuil :

 

  • Les Champs Libres (et alentours)
    À Rennes, il existe un complexe culturel regroupant la (très) grande bibliothèque de la ville, le Musée de Bretagne et l’Espace sciences avec son planétarium. Comme ça, ça donne peut-être pas forcément envie et pourtant ! Il y a toujours des expositions à aller voir, des pièces que vous n’avez pas vues, des conférences auxquelles assister et, si vous êtes férus de numérique, il s’y cache un espace de travail commun où échanger sur ce thème avec d’autres passionnés (ou amateurs). Quant à la sensibilisation sur le handicap, elle y est présente et bien présente, que ce soit moteur, mental ou autres. Ce que j’aime dans cet endroit c’est que l’architecture y est très belle, que c’est toujours en mouvement (d’une fois sur l’autre, il y a de nouvelles choses à découvrir) et que ça se trouve sur le côté d’une place où tout y est récent, donc aisé à rejoindre en fauteuil. Vous y trouverez ainsi la gare, des boutiques, une station de métro, un cinéma (attention tout de fois, c’est un Gaumont donc n’accorde une réduction qu’aux handicaps lourds avec obligation d’accompagnement) et surtout, surtout, la Crêperie Ker Soizig qui fait, à ce jour, les meilleures crêpes que j’ai mangé de ma vie (et pourtant j’en ai testé un paquet !) En plus, elles sont 100% bio de France, on se sent moins coupable à se remplir le ventre !

 

 

 

 

  • Le Parc du Thabor
    Cet espace est un véritable bijou de nature en pleine ville ! Il y réuni tant le style français et le style anglais, en plus d’y offrir un jardin botanique, une serre à oiseaux, un espace de jeux pour les enfants, et tant de choses encore ! Il y a bien un ou deux endroits où le fauteuil ne se montre pas bon compagnon mais à part ces exceptions, les allées sont plutôt faciles à parcourir. Attention toutefois à ne pas rouler sur un canard qui, en liberté, ne sont pas vraiment farouches.

 

 

 

 

S’y déplacer :

 

À Rennes il y a, en plus du bus évidemment, le métro mais je dois avouer ne pas l’avoir testé : lorsque j’y vais, je gare la Citrouille sur une place adaptée pas loin du centre-ville et je fais tout à roues (de fauteuil). Parce qu’il y a une chose agréable là-bas malgré les pavés, c’est le plat ! Il n’y a pas tellement de pentes de folies ce qui enlève déjà un critère pénible lorsqu’on fait du tourisme en tant qu’handi.

 

 

Bilan :

 

La ville de Rennes est vraiment très jolie à voir avec ses monuments historiques, ses vieux bâtiments et ses jardins. Quand le temps s’y prête, y flâner est agréable, presque ressourçant. Cependant, le handicap n’y est pas une priorité : les informations et indications se cherchent quand elles ne sont pas absentes. Et si les reliefs ne sont pas un problème, les pavés eux peuvent l’être. Je dirais donc que Rennes est accessible… en étant accompagné. Seul, c’est loin d’être idéal (après c’est toujours pareil, tout dépend du handicap.)

 

 

 

 

Si vous aimez, n'hésitez pas : partagez !
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Vos réactions...