Réunion des éclopés (presque) anonymes #2 Au restaurant

 

Quand un groupe d’éclopés décide de se retrouver au restaurant le temps d’un repas, c’est pour le personnel du lieu un vrai sketch : de quoi faire rire les copains au prochain apéro. Et ma foi, en ce qui concerne les fauteurs de troubles… Aussi.

 

« Fauteurs de trouble » ? A ce point là ? Oui oui, à ce point là. Parce qu’imaginez deux minutes… Réservez pour une douzaine de personne, précisez qu’il y aura plusieurs fauteuils roulant et ma foi, ça passera. Dans les esprits, « quelques » ne peut excéder deux ou trois et « fauteuil » n’est qu’une chaise un peu plus envahissante que de coutume. Pas de quoi s’affoler n’est-ce pas ? Oui bien sûr… Mais mettez-vous en tête l’image de notre arrivée : 4 valides et… une procession de fauteuils, 9 au total dont deux électriques. Je n’ose vous décrire la tête du gérant qui s’est senti un peu ridicule complètement affolé au vu de la petite table qu’il nous destinait !

 

horreur

 

Du coup le premier défi de la soirée a été de nous « caler » quelque part dans le restaurant qui permettrait les manœuvres qu’il faut pour entrer ou sortir de table si besoin est. Ce fut finalement au fond de la salle, sur une table en L, dans un coin (entre deux murs donc) que tout ce petit monde s’installa tant bien que mal. Et c’est bien sûr lorsque tout le monde fut installé que les premières vessies se sont rappelées au bon souvenir de leur propriétaire…

 

Dans cet article à propos de mon repas de famille du Nouvel an, je vous décrivais déjà combien la scène du « Je vais aux WC » avait tout d’un spectacle humoristique, non discrétion comprise. Et bien là c’est encore mieux car si l’un souhaite aller aux toilettes, les personnes n’ont pas juste à se lever, se coller aux chaises et se rassoir comme si de rien n’était. Non, là nous parlons de manutention, d’organisation, de voies de circulation, de plan de table digne de celui des mariages, d’anticipation mesdames, messieurs : oui, tout à fait ! Car si c’est celui du milieu qui décide de partir de sa place, c’est tout le monde qui se retrouve à faire des manœuvres impossibles : mieux vaut maîtriser. Bon, il y a quand même un point positif à être « entre nous », c’est qu’un quart d’heure d’absence pour se soulager, ça n’inquiétera personne : dans nos tête, rien de plus normal !

 

Bon, il serait peut-être temps de s’y mettre vous ne croyez pas ? A la commande, rien de particulier si ce n’est peut-être un détail. En fait, le serveur était parti du principe que nous nous prendrions pas d’apéro parce que vous comprenez, alcool et fauteuil ne vont pas ensemble ! Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Parce qu’on est handicapé, nous n’avons pas le droit de boire un petit peu ? Et bien je vais vous en apprendre une bien bonne… C’est faux. Il est vrai que beaucoup d’entre nous possédons des traitements et des médicaments, mais rien n’empêche pas de ne pas les prendre juste une fois ou bien de les prendre plus tard si c’est pour trinquer entre copains. Après c’est comme tout, Modération et Prudence sont de chouettes amis !

 

 

Une fois les plats devant nous, je me dois de vous rappeler une petite chose. La plupart d’entre nous étant tétraplégique, nous avons du mal avec nos mains : nos gestes ne sont pas précis et la tenue des couverts n’est pas toujours très bonne. Il est vrai que nous n’y avions pas pensé mais finalement, un ou deux valides dans la troupe ça peut être drôlement utile… Alors, bienvenue en maternelle, là où les responsables de classe vous coupent votre viande et remplissent votre verre à la cantine. Mais pour ceux qui se débrouillent quand même tout seul, c’est parfois avec quelques glissades, quelques éclaboussures et surtout quelques minutes de plus ! L’avantage, c’est qu’en mangeant si lentement, on ne risque pas d’avoir un mal de ventre avant d’entamer le dessert (ce qui serait franchement dommage) !

 

Pour finir, l’établissement étant sur le point de fermer le repas étant terminé nous voilà sur le départ mais avant, direction la caisse afin de payer l’addition. Je fais encore une fois travailler votre imagination : visualisez devant l’hôtesse cette jolie file d’attente, fauteuil après fauteuil, dans laquelle la personne debout choque plus que la personne assise… Heureusement qu’il y avait de la place à l’entrée, autrement ça aurait été un peu compliqué…

 

Bilan : nous avons passé un moment extraordinaire mais je pense que sur le moment, le personnel du restaurant n’en aurais pas dit autant ! Avec le recul ils en feront une anecdote amusante mais ce soir là, ils se sont surtout senti dépassés (ce qui nous a quand même fait beaucoup rire !)

 

 

Si vous aimez, n'hésitez pas : partagez !
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Commentaires Facebook

commentaires

3 commentaires sur “Réunion des éclopés (presque) anonymes #2 Au restaurant

  1. Vraiment bien vous m'avez fait rire !! Cela a fait renaître des souvenirs d'escapades du Centre de rééducation, pour le restau qui se trouvait a trois cents mètres. Ce restaurant a l'habitude, de recevoir des tétras et des paras nous avons passés d'excellentes soirées un soir le retour a été mouvementé car tempête de neige impossible au fauteuils électriques de remonter la pente ils patinaient loll et les autres fauteuils partaient en crabe sur le coté vers la mer tout près ….Une rigolade inoubliable.. Les valides qui nous accompagnaient ont découvert un autre monde Et dans l'ascenseur m'ont remercié de les avoir invité, des larmes coulaient sur leurs joues ! MERCI A VOUS TOUTS…

  2. Ils s'y habituent!
    Près du centre de rééducation où j'allais (et je vais encore d'ailleurs), il y avait un resto où l'animatrice prévoyait régulièrement une sortie (oui parce que seul et même en fauteuil électrique 20 km c'est long!) et du coup il nous voyait arriver l'air de rien.
    Mais je reconnais que qu'est ce qu'on prenait de la place!!

  3. Bah oui ma belle, tout de même, boire ou conduire il faut choisir! J'avoue que par moment les valides (et j'en fait partie) on tendance a faire des amalgames un peu trop hâtivement.

Vos réactions...