Gand

La ville de Gand, Belgique charmante !

 

Au mois de juin dernier, j’ai découvert la si jolie ville de Gand (Gent en néerlandais) qui se trouve au nord-ouest de notre voisine la Belgique. Moi qui n’avais jamais mis ni les pieds ni les roues chez nos amis amateurs de frites et de bonne bière, j’ai pu découvrir cette cité pleine de charme(s) de deux façon différentes. Via l’événement du Pop in the City que je vous racontais ICI d’une part, et par mes propres pérégrinations de l’autre.

 

Pour être tout à fait honnête, lorsque l’on est venu me proposer de venir à Gand, je n’avais aucune idée d’où ça se trouvait ni à quoi ça ressemblait. En en parlant autour de moi, peu connaissaient, mais ceux pour qui c’était le cas lui donnaient le même adjectif : magnifique. J’y partais donc curieuse.

 

 

Gand chateau des comtes
Jolie bâtisse située face de la place où se trouve le château des comtes – Photo 1parenthèse2vies , ne pas reproduire

 

 

Les premiers jours, en compagnie d’Aurélie du blog I wheel travel, nous nous sommes offert un petit aperçu des lieux en nous baladant dans le centre ville. Avec mon fauteuil aux roues à propulsion électrique et Aurélie avec sa maîtrise de chef, nous n’avons pas vraiment peiné à nous déplacer, mais en réalité nous n’étions pas là dans un décor bien confortable pour des personnes « en chaises » comme ils disent. Il faut dire aussi que les pavés à Gand sont visiblement ce que les pigeons sont à Paris : omniprésents ! Des petits, des grands, des plats, des bombés, des vieux, des plus récents, des jointés, des creux, des fissurés, bref, jamais je n’en avais vu autant de différents en aussi peu de distance parcourue ! Parfois nous attendions avec impatience la fin d’une voie peu carrossable et lorsque qu’enfin arrivées au bout nous pensions pouvoir souffler, nous nous apercevions que le changement de revêtement n’était finalement pas mieux.

 

Il faut dire aussi que de mon côté, je ne me facilite pas la tâche non plus : lorsque j’ai eu l’occasion de me promener seule (je suis restée un peu plus longtemps en Belgique que ma coéquipière), j’ai dû sans doute m’engager dans les pires rues de Gand ! Un peu kamikaze sur les bords ? Peut-être. Mais on ne me refera pas car ce que j’aime dans l’architecture c’en est l’Histoire. Ce sont les vieilles maisons charpentées aux rebords de fenêtre fleuris, les pierres gravées que l’on ne voit pas si on ne fait pas attention, les anciens noms des rues parfois improbables… Malheureusement tout ça ne va pas avec un parterre en goudron bien lisse. Et non. Il faut choisir. Et souvent en exploration comme en amour, le cœur dit « vas-y » et c’est lorsqu’on y est que l’on se rend compte qu’on a peut-être pas assez réfléchi.

 

 

rue gand
La rue la plus jolie mais la moins carrossable de Gand ! – Photo 1parenthèse2vies , ne pas reproduire

 

 

Mais peu importe, ça a donc été par moments un peu délicats certes, mais je vais vous dire une chose : ça en valait la peine ! Et puis à côté de ça, la région étant relativement plate, je n’avais pas à faire attention à d’autres éventuels soucis que le sol sur lequel je roulais, pas de côtes ou de pentes conséquentes. Il faut savoir que dans le centre de cette ville, il n’y a quasiment pas de voitures, la plupart des gens se déplacent à pieds, à vélos ou en transports en commun et vous savez quoi ? C’est un vrai bonheur ! Ça donne l’impression de mieux respirer car cela donne de l’espace et le bruit de nos véhicules absents laisse place au joyeux brouhaha des après-midi d’été : les amis qui rient à la terrasse d’une brasserie, les griffes du chien qui cliquettent sur le pavé, le saxophone d’un jeune homme qui joue non loin du beffroi, l’eau qui clapote au passage des barques.

 

 

canaux gand
Canaux avec, à gauche, l’ancien palais de justice – Photo 1parenthèse2vies , ne pas reproduire

 

 

J’ai ainsi découvert que Gand était une ville vivante (et propre !). Il y avait du monde sans pour autant que ce soit étouffant et j’y ai senti une ambiance légère, agréable. Le dimanche, des marchés se tenaient un peu partout et des musiciens de rue jouaient ça et là des mélodies de tous les styles. Avec un soleil doux et chaleureux, un ciel bien bleu et une petite brise à peine perceptible, comment ne pas être sous le charme ? Je suis même tombée sur une petite galerie d’art aux pièces fortes et troublantes, belles de ce fait également. Un régal !

 

 

Gand art
Photo 1parenthèse2vies , ne pas reproduire

 

 

À propos de régal ! Je n’ai pas encore parlé nourriture, ça ne me ressemble pas ça… Mais connaissez-vous les spécialités de Gand ? Aurélie et moi avons eu l’occasion (du moins nous la sommes nous donnée !) d’en tester quelques unes. Je vous passe les gaufres de Liège, la bière ou les frites belges, tout le monde connait. En revanche je ne suis pas sûre que ce soit le cas du Waterzooï ! (Du quoi ?!) Le Waterzooï est un plat originaire de Gand dont le nom veut dire « eau qui bout ». Il est fait à base de poulet (ou de poisson) accompagné de légumes (l’excellent blog culinaire Pupilles et Papilles en propose une recette juste ). Si Aurélie n’a pas été transcendée, j’ai pour ma part beaucoup aimé car ça m’a un peu rappelé la cuisine de ma mamie. Si un jour vous passez dans le coin et que vous y goûtez, vous pourrez nous départager !

 

 

waterzooï gandois
Le fameux waterzooï gandois – Photo 1parenthèse2vies , ne pas reproduire

 

 

Côté friandises, les gandois proposent les cuberdons, des bonbons en forme de cônes aux saveurs fruitées, faits d’une croûte renfermant un cœur coulant. Soyons honnête, ça n’est que du sucre ce qui peut être un peu écœurant au final…

 

Quoiqu’il en soit, si leurs gourmandises ne m’ont pas toutes convaincue, le reste l’avait déjà largement fait avant. Les façades colorées à côté de celles en briques aux allures de campagnes anglaises, le château situé en plein centre ville, les canaux qui passent en son milieu sur lesquels des pirogues, des barques, de petits bateaux mouche et même des gondoles se croisent calmement, les murs destinés à être peints et repeints laissant libre court à l’imagination et à la créativité de qui le veut (rendez-vous rue Werregarebstraat… Si vous arrivez à la prononcer ! Sinon, la ruelle aux graffitis ça ira très bien aussi)… J’espère pouvoir y retourner un jour y passer un peu plus de temps pour continuer à en découvrir ses mille et un charmes !

 

 

street art Gand
La ruelle aux graffitis 😉 – Photo 1parenthèse2vies , ne pas reproduire

 

 

Alors bien sûr à la question « Faut-il y aller ? » je réponds : Sans hésitation aucune ! Et si mes raisons ne vous suffisent pas, vous pouvez terminer de lever vos doutes en allant jeter un œil sur l’article d’Aurélie qui vous donne de bonnes adresses où se rendre au passage !

 

 

Si vous aimez, n'hésitez pas : partagez !
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

4 commentaires sur “La ville de Gand, Belgique charmante !

Vos réactions...